AFRICA MONDO CANADA

Email: secretariat@africamondo.com

Bureau au Canada : +1 581 985 0937

AFRICA MONDO

OSBL numéro 1113409-4

Siège : 2596 Rue de la Vendée

Québec, QC, G1V 2J4

CANADA

AFRICA MONDO BÉNIN

ONG AFRICA MONDO BENIN

Numéro 2018/024/DEP-ATL/SG/SAG-ASSOC du 14 février 2018.

Siège : Maison Hounsou Atakpa, Avlezounmey-Sô-Zounko-Carré sans bornes, BP: 313 - Abomey-Calavi, Bénin

Email: secretariat@africamondo.com

Bureau au Bénin : +229 61 78 36 91

© 2018-2019 AFRICA MONDO MAGAZINE - BY - AFRICA MONDO.  Tous droits réservés. 

Search
  • LA REDACTION

Vivre sur l'eau : vrai défi pour les femmes lacustres au Bénin

Updated: Sep 1, 2018

Environ 35 000 "Tofinu" de cette localité survivent essentiellement grâce à la pêche. Les femmes se sont organisées en  regroupements afin de faire face aux défis quotidiens. 

Ganvié, cité lacustre du sud du Bénin, située sur le lac Nokoué, au nord de Cotonou, fait partie de la commune de Sô-Ava dans le département de l'Atlantique. La principale activité menée dans cette localité est la pêche (aquaculture à travers le système d'acadja).

Franchement, je n'aime pas du tout cette vie difficile sur l'eau, pourtant, je vis ici depuis 45 ans. Nos aînés l'ont supporté, nous essayons d'être courageux pour en faire autant.

Les femmes de cette localité sont celles qui qui ont été élevées sur l'eau et sont en majorité épouses de pêcheurs. Elles manoeuvrent les pirogues pour s'occuper de leurs activités de vendeuses de poissons (mareyeuses) afin d'alimenter les marchés situés aux embarcadères de Calavi, Cotonou et autres.

Elles mènent aussi d'autres activités génératrices de revenus sur l'eau à travers un marché au centre ville de Ganvié appelé "Marché flottant" qui s'anime de jour comme de nuit, où l'on retrouve les condiments, les ustensiles de cuisine, et bien d'autres produits agricoles qui sont vendus exactement comme dans les marchés sur terre ferme. 


Enfants, Femmes, Hommes...tous sur l'eau

Dans ce marché, il est fréquent de voir les enfants dans les barques où les plus âgés conduisent des pirogues tout en s'occupant des marchandises avec leur mère.

En dépit des très faibles revenus que procurent ces activités, en plus de la vétusté et des conditions difficiles de vie sur l'eau en raison du manque d'alimentation en eau potable et en électricité, ces femmes lacustres béninoises font encore jusqu'à 10 enfants. Beaucoup d'entre elles deviennent très tôt de "jeunes vieilles". Cette démographie qui s'accroît n'est pas sans conséquence. En effet, entre l'exploitation des ressources halieutiques du Lac Noukoué, qui est le plus grand lac du sud Bénin, les transactions commerciales, les visites touristiques et autres phénomènes liés à l'urbanisation, c'est tout l'écosystème qui est sous pression. 

Pour faire face aux besoins familiaux et survire dans cet environnement, les femmes s'organisent par le biais d'associations, d'ONG et autres formes de coopération au sein desquelles elles prennent des cours d'alphabétisation, entre autres. 

Ces femmes de pêcheurs s'entraident du mieux qu'elles peuvent avec une motivation sans commune mesure.



Africa Mondo Magazine a recueilli le témoignage de l'une d'entre elles. Il s'agit de Zossi Pierrette HLONFO.  

"Je suis vendeuse (marayeuse) de poissons frais . Mon mari est pêcheur et nous avons 8 enfants dont 3 filles et 5 garçons. La vie dans cette vaste étendue d'eau n'est pas une chose facile, elle est même très pénible. Pour satisfaire nos besoins en eau potable, il faut charger sa pirogue de bassines et aller à un point d'eau de forage traditionnel installé par certains hommes nantis autochtones, dont un bidon d'eau coûte jusqu'à 75 FCFA. À cause de toutes ces tracasseries, nous prenons une douche tous les 3, 4 jours. Parfois, en circulation la nuit, nos pirogues se heurtent sauvagement à cause de l'absence d'électricité. Franchement, je n'aime pas du tout cette vie difficile sur l'eau, pourtant, je vis ici depuis 45 ans. Nos aînés l'ont supporté, nous essayons d'être courageux pour en faire autant. Tout est grâce, car cela ne dépend pas de l'homme, mais de Dieu."

15 views